Accéder au contenu principal

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)






Actuellement sur LYFtvNews :






Dans les archives - LYFtv:

Réindustrialiser la France, oui mais comment ?

Le porte-parole du Gouvernement, secrétaire d’État chargé de l’industrie et de la consommation, a présenté au conseil des ministres une communication relative au rôle de l’État dans les restructurations industrielles.

Pour réindustrialiser et revitaliser les zones sinistrées par la crise, l’Etat dispose d’un outil, le Fonds national de revitalisation des territoires.

Doté de 150M€, ce fonds est destiné aux zones frappées par des "restructurations n’ayant pas donné lieu à des conventions de revitalisation". Mais 150 Millions d'Euros, c'est très peu à l'échelle nationale ! Quand on pense que la région Rhône Alpes représente environ 10% de tous les investissements de l'Etat, celà équivaut à une capacité d'engagement d'environ 15 Millions d'Euros sur l'ensemble des sept départements, dont certains sont particulièrement sinistrés, même si on peut considérer que l'investissement de l'Etat permettra un "effet levier" en aidant à mobiliser d'autres fonds d'investissement (région, Europe...) et des crédits des banques privées à moyen ou long terme.


"Anticiper et accompagner"
Mise à part la mobilisation de ce fond, l'Etat n'a pas selon Luc Chatel, d'autre possibilité que "d'anticiper et d'accompagner les restructurations". Il s'agit selon lui "de soutenir l’activité et d'aider les entreprises à traverser cette période difficile" (dispositifs de chômage partiel, fonds de modernisation des équipementiers automobiles, médiation du crédit, intensification de l’action d’Oséo, la banque de l'Etat...).


Lorsque les restructurations sont inévitables, l’État est "aux côtés des entreprises et de leurs salariés pour veiller au respect des règles et à la stricte application de la loi". Il doit également inciter à la mise en place de plans de sauvegarde de l’emploi ambitieux ayant pour objectif de rechercher toutes les mesures alternatives aux licenciements secs.


La mise en place de "commissaires à la réindustrialisation".
Pour faire face à la crise, Nicolas Sarkozy a eu une nouvelle idée : créer des "messieurs réindustrialisation". Ces commissaires, comme les médiateurs mis en place quand les problèmes se font trop aigüs (Martinique, Universités etc...) ont pour mission "de coordonner l’action de l’Etat dans chaque bassin d’emploi en difficulté".
Ces nouveaux "commissaires à la réindustrialisation" viendront seconder les préfets. Sous leur autorité, "ils s’appuieront sur les services de l’Etat compétents et travailleront avec les collectivités locales, les entreprises, les services consulaires, les organisations syndicales et l’ensemble des acteurs concourant au développement économique local".


LYF-National est repris par Netvibes Lyon-


Commentaires